Les crayons et les pinceaux ont été ses compagnons depuis son plus jeune âge. Il a essayé le crayon, l'encre de chine, la pyrogravure, l'aquarelle, l'acrylique, la craie d'art. Depuis une vingtaine d'années, il pratique l'huile, et plus particulièrement, réalise des clairs-obscurs. Une maladie comme une autre, dont il a du mal à se débarrasser, mais comme on dit, rien n'est immuable, et le retour à la couleur est possible, comme le prouve le premier prix d'interprétation  au Mai des Peintres de Pommiers 2018.
 
  1    2  
Diaporama